Haut de page

Galerie de projets dans différents contextes

Cette galerie n'est pas exhaustive. Si vous ne voyez pas d'exemple correspondant à votre besoin, cela ne signifie pas que nous ne puissions pas y répondre. N'hésitez pas à nous contacter pour que nous vous proposions une solution.

Aéronautique

Implantation de l'ILS de l'aéroport de Merowe (Soudan)

L'aéroport de Merowe (Soudan) est situé au bord du Nil, à proximité immédiate du barrage du même nom soit 300 km au Nord de Khartoum et 400 km au Sud de la frontière Egyptienne.

La construction des installations ILS (aides radio électriques à l'atterrissage ou Instrument Landing System) a été réalisée par la société I-Elec qui nous en a confié l'implantation.

Les éléments à implanter étaient: un localizer à chaque piste (02 et 20), la rose de mesure et les points faisceau associés à chaque localizer, deux glides, les plate-formes théodolite, le mat météo, et tous les déports.

En France et dans les DOM-TOM, nous avons implanté plusieurs dizaines d'ILS, de VOR ou de balises aériennes.

Contrôle d'un système de multilatéraion mode S à Roissy CDG (France)

La société Sensis Corporation, rachetée en Août 2011 par Saab AB, a mis en place sur l'aéroport de Roissy CDG un système de multilatération mode S. Le paramétrage de ce système nécessite le relevé des antennes en coordonnées WGS84 et un contrôle de précision (métrique) des positions déterminées.

Ce contrôle se fait en équipant un véhicule d'un transpondeur et d'un GPS pour simuler le trajet des avions sur les pistes, taxiways et parkings. Ce circuit est parcouru en liaison radio permanente avec la tour de contrôle, de jour ou de nuit selon les aéroports. Une comparaison des deux relevés est fait ensuite sur un logiciel d'analyse.

Un article décrivant en détail cette prestation est paru dans XYZ (revue de l'Association Française de Topographie).

Nous avons effectué ces opérations sur près d'une quinzaine de grands aéroports internationaux, répartis entre l'Europe et l'Asie.

Agriculture

Installation de 3 stations permanentes GPS/GNSS au Sénégal

L'exploitation agricole pour qui cette mission a été réalisée exploite plusieurs dizaines de miliers d'hectares. Ses tracteurs sont équipés de barres de guidage pour travailler en RTK. Compte tenu de la dimension de l'exploitation, 3 stations sont utilisées pour que le signal RTK, transmis par radio, soit reçu sur toute l'exploitation. Leurs coordonnées doivent être homogènes au niveau centimétrique car un tracteur peut très bien travailler avec 2 stations différentes sur la même parcelle.

Nous avons déterminé leurs coordonnées au moyen d'observations GPS/GNSS enregistrées sur ces stations et d'observations de rattachement faites avec un récepteur Trimble R8 sur des bornes du nouveau Réseau de Référence Sénégalais (RSS).


Relevé d'une exploitation par GPS/GNSS (Normandie)

Il s'agit d'un haras situé en Normandie, à proximité de Deauville. Ce levé, réalisé avant la mise en service du réseau Teria, a été fait en RTK avec un pivot local. Le rattachement de ce pivot au système géodésique national (NTF/Lambert 1 à l'époque) a été fait au moyen d'observations de post traitement à longue durée depuis les stations permanentes disponibles du RGP.


Environnement et golfs

Relevé de piézomètres sur la nappe phréatique des calcaires de Beauce

Un piézomètre est un appareil permettant de mesurer le niveau d'un fluide et donc ses variations dans le temps.

L'unité hydrogéologique des calcaires de Beauce, communément appelée «nappe de Beauce» s'étend sur 9000 km2 entre la Seine et la Loire. Elle se trouve répartie sur deux districts hydrographiques, Loire-Bretagne et Seine-Normandie, et deux régions, Centre et Île-de-France. Nous avons relevé pour l'Agence de l'Eau Loire Bretagne près de 500 piézomètres répartis sur l'ensemble de la Beauce avec en complément le niveau de la nappe déterminé au moyen d'une sonde.

Sur la carte ci-dessous, publiée par la DREAL Centre, seule une partie d'entre eux, suivis régulièrement, est représentée.


Relevé de Golfs (I Rovari et Genève)

Selon les besoins, le relevé GPS peut porter simplement sur quelques points particuliers (départ, entrée et sorte de bunker, entrée et sortie de green, ... ou la totalité du tracé).

Les deux exemples ci-dessous (Golf de I Roveri en Italie, à gauche, et Golf Club de Genève en Suisse, à droite) illustrent ce propos.


Réseaux linéaires

Mise en place d'une polygonale sur le tracé prévisionnel d'une ligne électrique THT au Gabon

Pour l'étude d'une ligne électrique THT longue de plusieurs centaines de kilomètres, un vol lidar a été réalisé par la société Geophenix (groupe FIT - France). Pour le calage de ces relevés, un levé de points d'appui et de surfaces de référence était nécessaire, ainsi que la mise en place de pivots pendant les vols.

Nous avons assuré la mise en route, l'encadrement et le contrôle des équipes de l'Institut National de Cartographie du Gabon qui ont effectué les travaux de terrain.

Il a fallu construire des bornes en des endroits dégagés (parfois difficile à trouver en forêt équatoriale, effectuer les observations GPS, lever des surfaces de référence, mettre en place des récepteurs pendant les vols pour le calcul de la trajectographie de l'avion.

Compte tenu de l'absence de réseau géodésique homogène sur une zone aussi importante, nous avons calculé les points de départ et d'arrivée de chaque cheminement depuis des Stations GNSS permanentes de l'IGS.


Topographie et SIG

Relevés topographiques pour la déviation de Maurecourt (78)

Sur cette opération réalisée pour le SAN (devenu Communauté d'Agglomération) de Cergy-Pontoise (95), nous avons relevé un semi de points altimétriques permettant de produire les courbes de niveau ainsi que le tracé (bords) des routes et fossés.


Relevés de points pour les audioguides du Zoo du bois de Vincennes

Créé en 1934 par le Muséum national d'Histoire naturelle, le Parc Zoologique de Paris (Zoo du Bois Vincennes) a fermé ses portes le 30 novembre 2008 pour être complétement rénové. Il a réouvert ses portes au public 12 avril 2014 après 27 mois de travaux et presque 6 ans de fermeture.

Les visiteurs peuvent bénéficier d'audioguides qui leur délivrent à chaque fenêtre d'enclos des informations sur l'espèce animale qu'ils peuvent apercevoir et son environnement.

Pour que cela soit possible, nous avons relevé ces points sur le terrain par GPS et géoréférencé le plan de visite afin de superposer les deux couches d'informations.


Travaux publics, mines et carrières

Polygonale de chantier entre Ndolé et Manioc (Gabon)

Ce chantier, d'un linéaire d'une cinquantaine de kilomètres, présentait la particularité d'être sur sa plus grande partie sous couvert végétal dense. Pour positionner les bornes, la société Française en charge des travaux (Dragages et Travaux Publics, filiale du groupe Bouyghes Construction) a dans un premier temps procédé à l'élargissement de quelques plateformes existantes pour que le GPS puisse passer.

Le levé aillant servi à l'étude du projet, effectué par une entreprise locale, avait été fait dans le système de coordonnées Gabonais (GTM32) qui se distingue de l'UTM32 par une origine différente pour que le pays ne soit couvert que par un seul fuseau.

Nous avons mis en évidence une erreur de nivellement de l'ordre de 70 cm entre le début et la fin du projet sur le levé initial (bornes). Cette erreur vient de la non prise en compte de la variation d'ondulation du géoïde. Elle est fréquente lorsque le GPS est utilisé par des opérateurs mal formés.


Polygonale de chantier entre Ngaoundéré et Meidougou (Cameroun)

La distance séparant les deux villes est, par la piste, d'environ 175 km. La construction d'une route bitumée à l'emplacement de cette piste a été financée par la Banque Africaine de Déveveloppement et la République du Cameroun.

Le chantier était divisé en 2 lots, de longueurs équivalentes. La partie Sud a été réalisée par la société Française Dragages et Travaux Publics, filiale du groupe Bouyghes Construction et la partie Nord par la société Portugaise Zagope, flilale du groupe brésilien Andrade Gutierrez.

Nous avons été missionnés successivement par les 2 sociétés pour implanter en tout une centaine de bornes constituant la polygonale principale du chantier, soit environ une borne tous les 2 km.